Pierre Le Grand à Paris

Il y a 300 ans, Pierre le Grand se rendait à Paris

La visite de Pierre Le Grand en Europe commença par ce que l’on appelle la Grande Ambassade où il voyagea à Vienne, Amsterdam, Londres, Berlin, Venise et Copenhague de 1697 à 1698. Pour des questions diplomatiques, la France ne faisait pas partie de son voyage. Il s’y rendra en 1717.

Pierre le Grand

Cette Grande Ambassade menée de 1697 à 1698 avait pour but premier de créer des alliances avec les grandes puissances européennes afin de mener une guerre contre l’Empire Ottoman. C’est pourquoi la France ne faisait pas partie de ce voyage, ayant des liens avec l’ennemi. Pendant que ses diplomates tentaient de créer ces alliances, Pierre Le Grand se faisait passer pour un ouvrier sur un chantier naval en Hollande, étudiait l’artillerie en Prusse, approfondissait ses connaissances en construction navale en Angleterre, tout en visitant les différentes villes dans lesquelles il passait. Finalement, ce voyage fut un échec sur la dimension diplomatique mais il lui aura permis de s’imprégner des richesses des grandes puissances de l’époque qui l’inspireront lors de la fondation de Saint-Pétersbourg, sa « fenêtre sur l’Europe ».

En 1717 (calendrier grégorien), il décide donc de visiter la France, avec l’espoir de marier sa fille à Louis XV. A son arrivée dans la capitale, tout l’intéresse : musées, arsenaux, Académie des Sciences, le Jardin des Plantes. Mais ce qui le fascine avant tout, comme beaucoup de personnes à cette époque-là, est le château de Versailles.

Louis XV visite Pierre le Grand à l'hôtel de Lesdiguières

Il chargea l’architecte français Le Blond, architecte du roi de France et élève de Le Notre, de lui construire sa résidence d’été : le palais de Peterhof. Les travaux débutèrent en 1714, et cette résidence devait concurrencer les plus grands palais européens, notamment Versailles. Comme son modèle français, le domaine de Peterhof est constitué de somptueux jardins. Le jardin inférieur est un jardin « à la française » qui compte 176 fontaines, dont la plus majestueuse est celle de Samson et sa cascade. Voulant surpasser le système de Versailles, ces fontaines ne fonctionnent pas avec la machine de Marly, mais grâce à la gravité et un système d’aqueducs et de réservoirs. Le palais fait face au Golfe de Finlande, au bord de la mer Baltique, ce qui ajoute du charme au lieu. Peterhof vaut bien son surnom de « Versailles russe ».

Un Tsar en France 1717

Du 30 mai au 24 septembre, visitez l’exposition consacrée au tricentenaire de la visite de ce tsar au Grand Trianon du château de Versailles. Fruit d’une collaboration avec le musée de l’Ermitage, elle vous présente à l’aide de plus de 130 œuvres l’événement culturel et diplomatique le plus marquant dans le début du règne de Louis XV. Une autre exposition, « un tsar à Paris », vous accueille jusqu’au 21 mai au centre spirituel et culturel orthodoxe russe et vous raconte son séjour dans la capitale.

Cette visite en France en 1717 favorisa la mise en place de relations diplomatiques étroites entre la France et la Russie.