Les 10 plaisirs sucrés de l’époque soviétique

Aujourd’hui, Russie Autrement vous propose de faire un saut dans le temps et se remémorer ces fameux gâteaux soviétiques, comme la « Kartochka » ou le « Napoléon », un délicieux souvenir d’enfance pour beaucoup d’entre nous !

Les 10 plaisirs sucrés de l’époque soviétique

De nos jours, presque tous les expatriés connaissent les plats emblématiques de la cusine soviétique, comme l’Olivier, cette salade russe avec son nom typiquement français, ou encore la célèbre Seledka pod Shouboy, le hareng en fourrure. Néanmoins, les noms des confiseries soviétiques dont les Russes raffolent sont méconnus. Les Russes sont de grands amateurs de sucreries, et la cuisine nationale s’est enrichie de nouvelles idées gastronomiques surtout à l’époque soviétique.

L’une des particularités de l’époque soviétique était un assortiment alimentaire restreint. Mais pourtant, la qualité et le goût naturel des produits sont un souvenir de l’époque pour les Russes de nos jours. Ils se souviennent tous aujourd’hui du fameux « Signe de qualité », autrement les normes GOST, et regrettent l’absence de ces standards fixés par l’État qui étaient imposées à toutes les entreprises soviétiques. Et les gâteaux soviétiques ne faisaient pas exception à la règle.

Les friandises soviétiques ne faisaient pas exception à la règle et étaient synonyme de bonheur, aussi bien pour les petits que pour les grands.

Confiserie soviétique

De nos jours, on se régale avec diverses pâtisseries proposées dans des cafés et des restaurants. Cependant ces chefs d’œvres culinaires n’ont rien d’égal avec les gâteaux de l’époque, bien que peu attrayants et préparés avec des ingrédients simples, mais sans colorant, ni conservateur.

Les pâtisseries soviétiques se différenciaient selon la pâte de base : pâte à biscuit, pâte à choux, pâte sablée et feuilletée, pâte éclair, pâte d’amande aux noix, cornets sucrés etc. À la différence des confiseries de nos jours, les gâteaux soviétiques avaient une composition naturelle et de qualité conformément à la réglementation soviétique : farine blanche, sucre, beurre, œufs, lait non-écrémé ou lait concentré, fruits frais, chocolat, cacao, noix, mélasse, et d’autres.

Chers lecteurs, découvrons ensemble les plaisirs d’enfance de l’époque que l’on retrouvait dans des buffet scolaires et des rayons des confiseries soviétiques.

Napoléon (« Наполеон »)

Napoléon (« Наполеон »)

C’est une version russe du mille-feuille classique. À l’époque soviétique, le Napoléon était considérait comme un « gâteau de luxe » et était un plat de roi sur la table soviétique.

Dans les années 80, les femmes faisait cuire le gâteau à l’occasion d’un grand évènement, tel que l’anniversaire, le Nouvel An ou l’Union des jeunesses léninistes communistes ...

Chez les confiseurs soviétiques ou encore dans les cantines scolaires, on pouvait acheter des parts de gâteau, habituellement coupées en carré ou en triangle, dont chaque couche était copieusement imprégnée de crème renversée. Une pure merveille !

Prix par pièce : 22 kopecks.

Éclair (« Эклер »)

Éclair (« Эклер »)

L’éclair est une autre pâtisserie d’origine française, au même titre que le mille-feuille. Selon la recette traditionnelle c’était une pâtisserie constituant de pâte à choux allongée, garnie d’une crème pâtissière, avec un glaçage au chocolat sur le dessus.

Étant l’un des gâteaux favorits de l’époque, dans les pâtisseries il y avait obligatoirement quelques éclaires fourrés de crème au beurre ou de crème renversée.

Prix par pièce : 22 kopecks.

Korzinotchka (« Корзиночка »)

Korzinotchka (« Корзиночка »)

Signifiant en russe « petit panier », ce sablé garni de crème aux blancs d’œufs représentait le plus souvent un panier avec quelques champignons en meringue. Les têtes des champignons étaient en pâte sablée que les enfants mangeaient en premier lieu =)

Prix par pièce : 22 kopecks.

Сornet à la crème (« Трубочка с кремом »)

Сornet à la crème (« Трубочка с кремом »)

Un gâteau simple pourtant délicieux. Le cornet de pâte feuilletée fourré à la crème au beurre ou aux blanc d’œufs et fondant dans la bouche passait pour un vrai mets délicat pour les générations des années 1960 et 1980.

Prix par pièce : 22 kopecks.

Kartochka (« Картошка »)

Kartochka (« Картошка »)

Le gâteau « Kartochka » est un dessert emblématique de la cuisine soviétique. La légendaire Kartochka, ce qui veut dire la pomme de terre, probablement en raison de sa couleur, est une version russe des boulettes au rhum. Ces petits gâteaux ronds de couleur chocolat se composait de miettes de biscuits imprégnées de crème et légèrement parfumées au cognac ou encore au rhum. Avec ou sans noix, les gâteaux étaient traditionnellement décorés avec du fondant à base de sucre, d’eau et de cacao.

Le gâteau était très populaire parmi les populations et on la retrouvait partout : des restaurants aux cantines soviétiques en passant par les tables de famille. Quelques rares cafés, à Saint-Petersbourg et à Moscou, vous proposent ces Kartochkas, qui ont si bon goût de nostalgie pour les Russes.

Envie de connaître les meilleurs cafés de cuisine soviétique à Saint-Pétersbourg ? Laissez vos commentaires sur notre page Facebook et nous vous conseillerons. Avant de partir en voyage à Saint-Pétersbourg, n'oubliez surtout pas de vous informez sur les 5 bons plans de petits restaurants et cafés de cuisine russe au cœur de la Venise du Nord.

Anneau sablé avec des noix (« Песочное кольцо с орехами »)

Anneau sablé avec des noix (« Песочное кольцо с орехами »)

Un goûter idéal, pour un écolier ou un étudiant soviétique, au prix de 8 kopecks, que l’on le mangeait avec du thé ou du lait. Pour obtenir son fameux goût, les cusiniers soviétiques n’utilisaient que des cacahuètes pour saupoudrer le sablé.

Prix par pièce : 8 kopecks.

Meringue (« Безе »)

Meringue (« Безе »)

La meringue soviétique se composait de deux pièces fixées entre elles à l’aide de la crème au beurre ou de la marmelade. Le rêve de tous les gosses soviétiques !

Prix par pièce : 8 kopecks.

Gâteau au citron (« Лимонно пирожное »)

Gâteau au citron (« Лимонно пирожное »)

On aimait tout dans ce gâteau : la crème aux blancs d’œufs, la texture d’un biscuit sec, ce petit goût acide en bouche qui faisait tressaillir de plaisir les enfants et leurs parents. L’avantage du gâteau au citron était sa recette simple et facile à réaliser, avec des ingrédients accessibles dans chaque « Gastronom ».

Prix par pièce : 22 kopecks.

Baba au rhum (« Ромовая баба »)

Baba au rhum (« Ромовая баба »)

L’un des plus populaires gâteaux soviétiques était un savarin imbibé d’un sirop au rhum. Au vue de la rareté du rhun à l’époque de l’URSS, les cusiniers soviétiques se servaient de cognac ou encore d’ essence de rhum pour imbiber le cake aux raisins secs. Cette pâtisserie avait traditionnellement la forme d’un cône tronqué dont le dessus était décoré de glaçage fondant blanc.

Prix par pièce : 25 kopecks.

La « Bouchée soviétique » (« Буше »)

La « Bouchée soviétique » (« Буше »)

La « Bouchée soviétique » représentait deux petits biscuits joints liés à l’aide d’une couche de pâte de fruits ou de gelée. Le dessus du gâteau était recouvert d’un glaçage au chocolat ou saupoudrer de sucre glace.

Prix par pièce : 22 kopecks.

Pâtissière au foyer

Les populations n’étaient pas en retard pour l’adoption de nouvelles recettes de la restauration soviétique. Éclairs à la crème, biscuits moelleux, gâteaux « Napoléon » et « Prague » et beaucoup d’autres, les femmes soviétiques savaient préparer de délicieux desserts. Les gâteaux étaient le symbole de la famille, de la maison et surtout de la bonne ménagère, c’est la raison pour laquelle les femmes essayaient de cuisiner des chefs d’œuvres pâtissiers elles-mêmes Les recettes étaient traditionnellement issues du « Koulinariya », le livre de cuisine le plus populaire de son temps. Comment préparer la pâte, préparer le gâteau, ou encore comment le décorer, ce livre de chevet répondaient pratiquement à toutes ces questions.

Confiseurs soviétiques

Jeunes cuisinières

Les filles étaient toujours disponibles pour aider leurs mères et grand-mères. Dans les écoles soviétiques, il était de coutume de célébrer les annivesaires tous ensemble et d’organiser le thé, ou tchaïepitiïe, une fois par mois. Pour ces occasions, les filles apportaient habituellement des friandises et des gâteaux préparées par elles-mêmes.

A l’époque soviétique, les matières comme arts ménagers ou cuisine étaient dans le programme d’enseignement de base et servaient à développer des savoirs professionnels aux filles. Pendant ces cours, les filles préparaient souvent des gâteaux qu’ils offraient à leurs professeurs et camarades.

Un nouveau souffle

Aujourd'hui, beaucoup de choses ont changé. Conservateurs, colorants, stabilisants, arômes ou de machin… Il n’y a plus de cornets à la crème, de gâteaux Kartochka, de biscuits au citron, ni d’éclairs avec ce fameux goût d’antan mais l’intérêt pour l’héritage culinaire soviétique n’a pas totalement disparu et aujourd’hui, la gastronomie soviétique revient petit à petit au goût du jour.

Goût d’enfance, ou « Sladkaïa Kolbaska »

Nous profitons de cet article pour vous faire partager la recette de l’une des gourmandises favorites des enfants soviétiques, ou de la « Sladkaïa Kolbaska ». Ce gâteau sans cuisson, facile et bien pratique, accompagnait presque toutes les veillées et soirées entre amis. La préparation de ce dessert est très simple et se compose de quelques ingrédients seulement.

La recette que l’on vous donne aujourd’hui est un grand classique mais peut se décliner en diverses versions avec ajoût de lait concentré, rhum, noix, pâte de fruits et d’autres et reste individuelle pour chaque famille.

Ingrédients pour « Sladkaïa Kolbaska »

Ingrédients :

  • 450 gr de petits biscuits secs de sorte « Petit Beurre » ou autre
  • 5 càs de lait ou de crème fraîche 10%
  • 250 gr de beurre
  • 150 gr de sucre
  • 3 càs de cacao

Préparation :

Réduisez en miettes de 0,3 cm environ 1/3 de biscuits secs (150 gr environ) et le reste en fines miettes (presque en poudre) qui vous servira d’épaississant naturel pour la pâte ;

Mettez le lait, le beurre, le sucre et le cacao dans une casserole et faites chauffer au bain-marie en rémuant régulièrement jusqu’à ce que le beurre soit bien fondu et que tout le mélange devienne lisse et homogène ;

Ajoutez les 2/3 de miettes et mélanger jusqu’à la consistance homogène uniformément ;

Ensuite ajoutez le tiers de miettes restant, que vous pouvez remplacer par des noix ou encore de la pâte de fruits, et rémuez jusqu’au moment quand la pâte commence à tenir la forme. Si la pâte est liquide, ajoutez un peu de miettes de biscuits, au contraire, si elle est trop épaisse, rajoutez 1 à 2 cuillères de lait ;

Mettez la pâte dans un sachet en plastique, puis donnez-lui la forme d’un saucisson. Emballez la pâte dans un second sachet en plastique, puis dans une serviette et placez la au réfrigéreteur pour au moins 3-4 heures ou pour la nuit si vous pouvez résister ;

Goût d’enfance, ou « Sladkaïa Kolbaska »

Avant de servir la Sladkaya Kolbaska saupoudrez-la de sucre glace et attendez quelques minutes qu’elle soit à temperature ambiante.

Coupez le gâteau en rondelles de 0,5 cm à 1 cm d’épaisseur et servez avec du café ou du thé. Bon appétit !

Nous invitons nos lecteurs, qui désirent en savoir plus sur la cuisine slave, à consulter nos autres recettes de cuisine russe, comme les blinis maisons ou raviolis russes, dans la rubrique de notre Blog ainsi que déguster ces pâtisseries sur place, lors de votre séjour privatif à Saint-Pétersbourg !